A Travellerspoint blog

Le Chili

EN: It’s been a while since the last post… We have been quite busy! In the last month we have been travelling in Chile: the northern part (the desert of Atacama), the southern part (Patagonia), a bit of the Argentinean Patagonia, the south/central part (region of the lakes), Santiago and finally Easter Island. I’ll carry on in French but do look at the pictures; they’ll say a lot more then the words. But still, in one word: AMAZING!
FR : Alors, on en était arrive où? Il me semble qu’on partait d’Atacama ? Alors suite à ce désert de chaleur on a pris l’avion pour couvrir le Chili du Nord au Sud, et arriver à Punta Arenas au sud de la Patagonie, sur les bord du détroit de Magellan, brrr… le froid, le vent … On aurait pu aller encore plus au sud, jusqu'à Ushuaïa en Terre de Feu argentine mais on avait pas le temps et c’est vrai qu’on ne peut pas aller en profondeur dans toutes les régions, 6 mois et 10 pays, on est obligés de sélectionner.
Donc nous voici en Patagonie, après une courte nuit a Punta Arenas suivie d’un bon repas de poisson, on est parti pour Puerto Natales et le parc national de Torres del Paine. Déjà, Puerto Natales est vraiment chou comparée à Punta Arenas, un climat rude au bord des Fjord mais une petite ville plein de charme. La puta-agonia (comme l’appelle les locaux) s’est transformé pour nous en pata-agonia (ou l’agonie de la jambe, pour ceux qui capte pas), non pas que la cheville de Ruben aille mal mais plutôt qu’elle nous ait empêché de faire pas mal d’activités, entre autre, le trek W, qui fait le tour du parc ( je dis pas non plus que je l’aurais fait, vu mon état de clette sportive)… On a donc loué une voiture pour 2 jours et on est parti voir ces merveilles. Je ne serais pas expliquer l’impression que j’en ai eu, c’est grandiose, beau. J’avais mal à la tête le soir, du à l’enregistrement cérébral de tant d’images spectaculaires. En plus, nous sommes arrivés en plein automne, avec les couleurs des arbres... Waaaa. Mais le plus chouette de tout, c’est que vu la saison, on pouvait que s’attendre à du mauvais temps, au contraire, on a été bénis avec du plein soleil.
Suite à notre coup de cœur pour le parc, on a passé la frontière pour aller en Argentine, à El Calafate, voir le Perito Morreno, un glacier de plus de 35 km, qui, poussé par la masse glaciale de la Patagonie, tombe en morceau dans un lac en faisant des bruits de foudre. Apres la Patagonie chilienne, j’avais tant de beauté incrustée dans la rétine que je n’arrivais pas à en profiter comme Ruben.
Nous avons donc continué notre trip en Patagonie argentine avec un voyage de 28 heures de bus (beurk, j’en ai encore la nausée …) pour remonté vers le nord, à Bariloche, une petite ville où on se sent plus en Suisse qu’en Amérique du Sud, même que c’est les rois du chocolat. On n’est pas restés longtemps, juste le temps de faire une belle ballade et s’imprégner de l’atmosphère.
Nous avons retraversé la frontière dans l’autre sens pour nous arrêter dans la région des lacs, A Pucon, une ville toute jolie, au bord d’un lac de montagne avec des tas de volcans autour. Malheureusement il a tellement plu qu’on n’a pas pu voir le paysage et on a été se prélasser dans des sources d’eau chaude sous la pluie.
Après ce doux moment tout relax on a quand même eu un tremblement de terre, pas très grand pour le chili (juste 5 sur l’échelle de Richter) mais comme pour nous c’était le premier, on a eu un peu les boulles. Je dis dire que même après, à Santiago j’avais l’impression que mes pieds n’étaient pas stables, un peu brinquebalants. Même si elles sont imperceptibles, il y a des milliers de minis répliques par jour suite au tremblement de terre de février, et ce, encore pour quelques mois. Je dois dire qu’on a pas vu de gros dégâts dus au tremblement de terre, peut être que bien cachés des touristes, comme beaucoup de choses au Chili ? Nous n’avons pas eu beaucoup l’occasion de parler avec des Chiliens, les amis qu’on se faisait étant comme nous des backpackers mais ceux avec qui nous avons pu aborder certaines questions (le tremblement de terre, la dictature) m’ont parus très résilients. Santiago est, selon moi, une ville dénuée de charme mais chouette à vivre, les gens gentils, des quartiers sympas… Par contre, nous avons aussi été à Valapraiso, sur la côte à 130 km de Stg et on a l’impression qu’elle a volé tout le charme de la région pour l’exposer sur ses rues… La maison de Pablo Neruda, un bateau sur la ville qui plonge dans le port.
Notre dernière étape au Chili, c’était l’île de Pâques, enfin, selon les habitants de l’île de Pâques c’est plus vraiment le Chili, et je suis d’accord avec eux. Je ne savais pas trop à quoi s’attendre, j’avais surtout les boulles de prendre l’avion pour passer au dessus de ce bout d’océan (4000km) où il n’y a rien, pas une île… Et pour finir, une fois arrivés sain et sauf (en ayant récité des mantras tout le vol) ça a été un coup de foudre ! C’est tout mini (23km sur 12/ 3000 habitants) et pas encore trop trop touristique. On se sent comme sur un bateau, on se sent vraiment faire partie de l’île, de la communauté, et en plus on s’est fait un tas de potes au camping. La nature est sauvage, toute verte, des vagues énormes et violentes en arrière fond et des chevaux en liberté. Culturellement c’est un musé à ciel ouvert ! La culture, mystérieuse et spécifique a été conservée et les Pasquins en sont très fiers et semble la perpétuée. Et puis les moais, ces énormes et puissantes statues qui veillent sur l’île et lui confère une force. Impressionant ! J’étais triste de quitter même si c’était pour aller à Tahiti.

Posted by pimpos 14:41 Archived in Chile

Email this entryFacebookStumbleUpon

Table of contents

Comments

Merci pour les commentaires attendus sur le Chili et l'île de Pâques! Et vos impressions pata-agonisantes sur les mythiques Torres del Paine. Quelle chance pouvoir les contempler sous le soleil, parfois capricieux dans le coin semble t-il.
Pas mal la technique des mantras pour éviter les crashs aussi!! Chouette de voir que l'île de Pâques était un must pour les mochilleros... Bizz!

by dimdamdum

This blog requires you to be a logged in member of Travellerspoint to place comments.

Login